Archives pour l'étiquette amber states

London Calling #33

Vous ne le savez pas encore mais vous allez aimer un de ces groupes…

Vous le savez, dans cette chronique, je vous parle de l’actualité musicale « classic-rock » londonienne: les groupes des années 1960 aux années 1990 qui se sont faits connaître à Londres y trouvent leur place. Pour une fois donc, parlons de de ceux que vous ne connaissez pas encore, qui ne sont pas encore arrivés en haut des marches de la gloire mais qui sont sur le bon escalier !

Mardi 27 avril 2010, dans un bar à l’ambiance tamisée, trois groupes sont programmés. Le premier s’appelle Amber State. Ils sont quatre: un guitariste-ukuleliste-chanteur, un batteur-choriste, un violoncelliste-sitariste-choriste et un guitariste-banjoïste. Pour faire court, ils sont quatre sur scène mais pour l’ingénieur du son, c’est comme sonoriser un orchestre symphonique. Pour vous faire une idée, imaginez si Fairport Convention avait remplacé le violon par le violoncelle et avait joué comme orchestre pour Crosby Stills Nash & Young. Les enregistrements du groupe sont pour l’instant d’une qualité assez moyenne notamment par rapport à l’excellente prestation du groupe en concert. Ils ont joué tous les titres disponibles sur leur page Myspace, dont leur meilleur titre sans doute, « Fall From Grace », ainsi qu’une reprise très intéressante (réorchestrée pour violoncelle de « Walk On The Wild Side » de Lou Reed).
Amber States, Fall From Grace:

Le concert se poursuivait avec les groupes Little Things puis The Loves en tête d’affiche. Deux groupes qui permettent de se souvenir qu’au final, la musique c’est fait pour se faire plaisir et s’amuser. Je tire personnellement ma révérence à toute personne qui ne sourirait pas en écoutant la balade gentiment punk « AlrightOkayOkayAlrightOkayOkay » qui se trouve sur la page Myspace des Little Things. The Loves semble également faire partie de cette vague de groupes qui, lucides sur l’état de l’industrie du disque, considèrent la musique comme un passe-temps où il faut avant tout se détendre et détendre son auditoire. La vidéo de promotion de leur single est plutôt claire. On ne vous prend pas la tête, mais les zygomatiques et les chevilles.

The Loves, Sweet Sister Delia:

Dans la famille « Non seulement je ne me prends pas au sérieux, mais en plus je suis à la limite de l’internement », il y a un groupe qui n’a aucune chance de fonctionner commercialement et qui pourtant satisfait tous ceux qui assistent à leurs concerts: No Cars. Il s’agit d’un trio de jeunes femmes japonaises complètement déjantées qui chantent les bienfaits du thon en conserve (Tuna Tuna Tuna), de la papeterie (Sellotape) et des biscuits au chocolat (Oreo), le tout en vous proposant d’acheter leur musique sur cassette (collector car seulement 30 exemplaires ont été créés) pour 6 livres sterling, ou bien sur CD pour 2 livres. Pour le même prix, le groupe vous propose également d’acheter un Kazoo. Voilà qui détend un peu, n’est-ce pas ?

En vrac, si vous erriez dans les rues de Londres, qui par ce soleil, sentent bon les déjeuners en terrasse, le bitume chaud et les parfums féminins, vous entendriez des groupes de pop mélodique comme Melodica Melody And Me, des groupes de folk comme Planet Earth, ou des groupes de post-rock comme The Half Rabbits.

Melodica Melody And Me, Plunge:

Planet Earth: Falling Into Love:

The Half Rabbits, We’ll Sleep Again:

Bon, et bien, je ne sais pas vous, mais après toutes ces découvertes, une petite balade dans les rues de Londres nous fera sans doute le plus grand bien, mais quittons le centre-ville, si vous le voulez bien.

La Minute du Rock: Au nord, c’était les studios.

A la semaine prochaine !

Victor
via@rtbf.be